La grande histoire d’un petit trait

  • Type d’appli

    Album

  • Age idéal

    8/10 ans – Accessible à partir de 6/7 ans

  • Année de parution ou de finalisation

    2017

‎Le petit trait
Prix: 4,99 €

  • Éducatif

    ★★★★☆

  • Amusement

    ★★★★★

  • Graphisme, son et animation

    ★★★★☆

  • Sécurité

    ★★★★★

  • Ergonomie

    ★★★★☆

  • Originalité

    ★★★★★

Un album à dessiner

  • Auteur·e de l’article

    Laure Deschamps

  • Date de publication de l’article

    16/05/2020

L’auteur-illustrateur Serge Bloch a continué, après Moi j’attends, ses aventures poético-numériques, avec La grande histoire d’un petit trait – ou Le petit trait, dans l’Appstore –  une adaptation de l’album papier éponyme.
Plus qu’une histoire, c’est une expérience à mener seul·e ou à plusieurs.

La force imaginative

Connaissez-vous vraiment la force imaginative d’une simple mine de crayon ? La grande histoire d’un petit trait nous le prouve.
Tandis qu’un petit garçon se promène, il trouve au bord du chemin un petit trait, qu’il rapporte chez lui et met de côté parmi ses trésors. Mais un jour, le trait l’appelle, lui demande de l’animer : allez allez !
Le jeune lecteur se voit alors doté d’un rôle dans l’histoire : dessiner, comme le ferait le personnage, et accompagner de ses tracés la narration qui se déroule.

Une vie à dessiner

Car le petit trait et le jeune garçon deviennent inséparables, grandissent ensemble, traversant des épreuves et partageant des joies et des rêves. Ils deviennent adultes, s’exposent autour du monde, vivent pleinement et vieillissent de concert.
Ce trés bel album sur le thème du cycle de la vie, de l’importance de l’amitié et de la force de l’imaginaire, est renforcé par le procédé numérique : on participe à l’histoire, elle se déroule sous nos yeux mais également sous nos crayonnés numériques.

Rêves

Adapté à des enfants dés 6 ans, La grande histoire d’un petit trait est à proposer sans modération jusqu’au 12 ans – et plus, car les parents y trouveront aussi des résonances dans leur propre vie.
Alors bien sûr, si on compare avec la version numérique de Moi j’attends, on voit des différences : la voix d’André Dussolier comme narrateur nous manquera.
Pourtant, si l’album papier et l’application, pour Moi j’attends, ont chacune leurs propres vertus, ici c’est l’application qui prend le pas sur le papier. La mise en traits de l’histoire est une idée formidable. Vous pouvez d’ailleurs en tester le principe par ici, sur le site de l’éditeur, afin de vous donner une idée d fonctionnement de l’application.
Cela pourrait vous donner envie de (re)prendre vos crayons pour mener votre vie au bout du chemin de vos rêves.