La petite danseuse

La petite danseuse

‎La petite danseuse
Prix: Gratuit
La petite danseuse
Prix: À annoncer

Descriptif :

  • La Petite Danseuse au musée d’Orsay propose, sous forme de conte en réalité augmentée, une exploration originale d’une quinzaine de tableaux.
  • L’application met en scène la sculpture d’Edgar Degas « La petite danseuse de 14 ans », une pièce phare du musée d’Orsay. La jeune fille prend vie dans l’histoire : dotée du mouvement, elle rêve de faire de même pour son « son prince », la sculpture de Jean-Baptiste Carpeaux, « Le prince impérial et son chien Néro », coincée sur son piédestal.
  • Comment réussir à le libérer de son carcan de pierre ? La quête de la petite danseuse commence… elle va devoir, avec l’aide du spectateur-lecteur, reconstituer une étrange potion magique composée d’une pastille de lumière, d’un peu de bave, d’une once de terreur ou encore de larmes d’or.
  • C’est parti pour une visite muséale bien atypique ! Les tableaux s’affichent devant vous, en réalité augmentée, comme si le musée apparaissait dans votre salon. Il suffit ensuite de se rendre devant la bonne œuvre pour que la danseuse y pénètre et se mette à dialoguer avec les personnages.

Notre avis

Degré d’intérêt

Critique

  • Dans la petite danseuse au musée d’Orsay, on vous raconte une histoire, celle de la sculpture d’Edgar Degas, libre – grâce à vous – de se promener dans les allées du musée. Vous interagissez en déplaçant votre tablette; cela vous permet de vous approcher des tableaux, apparus en réalité augmentée, et de choisir la peinture adéquate pour poursuivre l’histoire.
  • La danseuse à la voix guillerette et affirmée, commente chacune de ses actions. Avec un vocabulaire actuel et franc, elle va aller à la rencontre des personnages de peinture, s’étonne du travail des Laboureurs du tableau Labourage nivernais, de Rosa Bonheur, apprécie le moelleux du lit de La chambre de Van Gogh à Arles, prendre peur face à la figure de La guerre du Douanier Rousseau ou encore marchande avec le chat de la toile de Pierre Bonnard, Le corsage à carreaux.
  • Les dialogues entre les personnages et la danseuse s’avèrent parfois savoureux, directs et sans chichis. On est bien loin de l’analyse d’œuvres ou du documentaire. Malgré tout, le conte distille des informations sur les tableaux, s’arrête sur une couleur, un détail ou une forme étonnante, là, derrière les enfants tahitiens peints par Paul Gauguin dans Le Repas. De quoi donner envie d’aller soit contempler les tableaux dans le musée directement, soit de se renseigner en ligne.
  • Partagez cette aventure avec vos enfants, dés 6 ans. Vous allez ensemble commenter les œuvres, vous étonner, être charmés par la chanson pourtant terrible des Danaïdes ou frissonner devant les menaces de la guerre.

Critique réalisée par Laure Deschamps

  • Age idéal

    + 6 ans (accompagné) et tout âge ensuite

  • Educatif

    ★★★★☆

  • Amusement

    ★★★★★

  • Graphisme, son et animation

    ★★★★★

  • Durée de vie

    ★★☆☆☆

  • Sécurité

    ★★★★★

  • Ergonomie

    ★★★★★

  • Originalité

    ★★★★★